Vous êtes ici : stephaneherens > lieux > Rixensart > rue du Cyclone

La rue du Cyclone

La rue du Cyclone part de la gare de Rixensart, longe le parking et descend vers la rue de Froidmont.


Afficher la Rue du Cyclone sur une carte plus grande


La maison de la famille Herens se trouvait à l'intersection de la rue du Cyclone et de la rue de Froidmont. C'est pour cette raison que je vais m'y attarder.

 

Le quartier au 18ème et 19ème siècle

Le premier document que nous possédons (fig. 1a) est la carte de Ferraris, première carte topographique des Pays-Bas autrichiens, établie entre 1770 et 1778.

Pour plus d'explication sur les cartes Ferraris, voir notamment l'article de l'encyclopédie Wikipedia : Wikipedia > Carte de Ferraris (le lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre)

Fig. 1a : Carte de Ferraris : Quartier de Froidmont vers 1770

Fig. 1a : Carte de Ferraris : Quartier de Froidmont vers 1770

cliquez sur l'image pour une version plus grande

On y voit en haut Rixensart, avec le château, et en bas le hameau de Froidmont (Fromont à l'époque) avec la ferme du même nom.
On y reconnaît également le tracé de la rue de Froidmont, de la rue de Limal et de l'actuelle rue du Monastère (nommée à l'époque chemin de Pupiche).

J'y ai ajouté le tracé approximatif de la future voie ferrée Bruxelles-Luxembourg. La rue du Cyclone sera construite à droite de la voie ferrée.

Mais à l'époque, il n'y a ni maison ni chemin entre Rixensart et Froidmont . Seulement des prairies, appelées à l'époque selon Paul Buffin "pré Broctiaux" (1).

 

Fig. 1b : Atlas Cadastral Popp : Quartier de Froidmont après 1854

Fig. 1b : Atlas Cadastral Popp : Quartier de Froidmont après 1854

cliquez sur l'image pour une version plus grande

Philippe-Christian Popp réalisa entre 1842 et 1879 l'atlas cadastral de la Belgique. La fig. 1b montre un extrait du plan de Rixensart, centré sur le hameau de Froidmont.
La voie ferrée reliant Bruxelles à Luxembourg est présente. Etant donné que les premiers trains atteignirent Rixensart le 23 août 1854 (2), nous pouvons supposer que ce plan est postérieur à cette année, mais probablement pas de beaucoup, car la station n'y est pas encore indiquée.

On distingue aussi la rue de Froidmont, mais par contre aucune trace de ce qui deviendra la rue du Cyclone, dont j'ai matérialisé le tracé futur en orange.
Il est toutefois étonnant de constater qu'une construction est mentionnée sur la parcelle n° 277, sans aucun accès direct à la rue de Froidmont. Peut-être existait-il à cette époque une ébauche de sentier pour l'atteindre? Le plan cadastral ne le montre pas.

 

Les plans Popp

Popp est né à Utrecht en 1805, mais sa famille vint s'installer en Belgique en 1818. Il obtint la naturalisation belge en 1831.

Contrôleur du cadastre à Bruges, il disposait aussi d'une imprimerie équipée pour réaliser des travaux de lithographie.
C'est en 1842 qu'il commence son "Atlas cadastral parcellaire de la Belgique", destiné à rassembler les plans cadastraux des communes belges. Il le continua jusqu'à sa mort en 1879.

Cet atlas resta malheureusement incomplet : seules les communes des provinces de Brabant, du Hainaut, de Liège, des deux Flandres et quelques communes de la province d'Anvers furent couvertes.

Ces plans comportent en fait plusieurs parties, dont les principales sont :

  • le plan proprement dit qui présente l'ensemble des parcelles de la commune concernée;
  • la matrice cadastrale, qui donne pour chaque propriétaire la liste de ses parcelles, et leur contenance.

Pour plus d'information sur les plans Popp, voir les sites suivants

1) "DÉPOUILLEMENT SYSTÉMATIQUE
DES MATRICES CADASTRALES DES PLANS CADASTRAUX PARCELLAIRES DE PHILIPPE-CHRISTIAN POPP ("PLANS POPP") POUR LA PROVINCE BELGE DE HAINAUT" http://users.skynet.be/danny.delcambre/index.htm (le lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre)

2) "Plans Popp", http://www.artthemis.be/plan-popp/index.php (le lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre)

 

 

Fig. 1c : Carte du Dépôt de la Guerre - 1870

Fig. 1c : Carte du Dépôt de la Guerre - 1870

cliquez sur l'image pour une version plus grande

La fig. 1c est un extrait d'une carte topographique de 1870.
La gare de Rixensart y est cette fois représentée (1).
Et en observant attentivement cette carte, on remarque un tracé en tirets (2) entre la gare et la rue de Froidmont (3). Il représente une sente qui reliait la rue de Froidmont à la gare, en longeant le talus soutenant la voie ferrée.
Ce sentier permettait donc aux habitants du hameau de Froidmont, et surtout aux nombreux journaliers travaillant dans l'industrie du bâtiment (maçons, menuisiers, et.), de prendre l'un des trains ouvriers en direction de Bruxelles afin de de se rendre sur les chantiers de la capitale.

Ce sentier était l'ébauche de ce qui allait devenir la rue du Cyclone.

(1) Cf. BUFFIN Paul, Portrait des rues de l'ancienne commune de Rixensart, p. 50, Cercle d'Histoire de Rixensart, 1996

(2) Cf. DUBUFFET Jean, La Ligne du Luxembourg, , C.F.F.L. Editions, Rixensart, 2000, p. 13

 

 

 

 


La tornade du 10 août 1895

Pour quelle raison le sentier qui reliait la gare de Rixensart à la rue de Froidmont a-t-elle été nommée rue du Cyclone?

Il ne s'agit pas ici d'un cyclone, ouragan ou typhon, phénomène comme l'on en rencontre dans les régions tropicales et qui affecte de vastes régions.

Non, il s'agit ici d'une tornade, tourbillon de vent d'étendue nettement plus limitée (quelques centaines de mètres de large), mais qui peut être nettement plus destructeur. On estime en effet que les tornades les plus violentes engendrent des vents de plus de 500 km/h!

Si presque tout le monde sait que les tornades sont assez fréquentes dans les grandes plaines des Etats-Unis, moins nombreux sont ceux qui savent que les tornades ne sont pas exceptionnelles en Belgique : il s'en produit entre 1 et 10 chaque année.

Au 19è s. la terminologie météorologique n'était pas encore fixée, et on employait souvent cyclone ou orage pour décrire une tornade.
Celle du 10 août 1895 a sans doute touché terre à Plancenoit, pour suivre en gros la vallée de la Lasne jusqu'à Bourgeois, ou elle a bifurqué vers le quartier de Froidmont pour continuer ensuite jusque Basse-Wavre (3)

D'après les récits de l'époque, c'est entre le talus du chemin de fer et le château de Rixensart que les dégâts furent les plus impressionnants.

 

Fig. 2a : La Belgique Illustrée - 2/8/1895

Fig. 2a : La Belgique Illustrée - 2/8/1895

cliquez sur l'image pour une version plus grande

Le dessin ci-dessus (Fig. 2a) représente des habitations situées à l'angle de la rue de Froidmont (à gauche du dessin) et du sentier reliant cette rue à la gare de Rixensart, après le passage de la tornade. On peut voir le talus du chemin de fer à l'arrière-plan.

Les toits ont été arrachés et des pans de mur se sont écroulés.

Fig. 2b : les maisons après le passage de la tornade

Fig. 2b : les maisons après le passage de la tornade

cliquez sur l'image pour une version plus grande

On reconnaît sur la photo ci-dessus (Fig. 2b) la même maison que sur le dessin précédent (fig. 2a), mais l'angle de vue est différent.
Les numéros mentionnés sur cette photo font référence aux numéros des parcelles correspondantes du plan cadastral Popp (voir fig. 2c. ci-dessous).
Sur cet extrait du plan Popp l'endroit probable de la prise de vue est indiqué par une ellipse blanchâtre (4), tandis que que le champ de la photo est matérialisé par un triangle clair.

La maison au premier plan serait donc celle de la parcelle 251, les bâtiments au second plan seraient ceux de la parcelle 261, et la maison isolée au toit en porte-à-faux correspondrait à la parcelle 277. C'est donc cette maison que nous avions déjà remarquée sur la fig. 1b. Nous retrouverons également cette maison sur la photo 2d ci-dessous.

Ces maisons se trouveraient sur le tracé actuel de la rue du Cyclone (voir fig. 1b). Le sentier qui les desservait et reliait la gare de Rixensart à la rue de Froidmont se trouvait à l'époque beaucoup plus proche de la voie ferrée que la rue actuelle (voir fig. 1c)

On distingue aussi la gare de Rixensart en haut à gauche de la photo.

 

Fig. 2c : Atlas Cadastral Popp : détail du quartier de Froidmont

Fig. 2c : Atlas Cadastral Popp : détail du quartier de Froidmont

cliquez sur l'image pour une version plus grande

 

Fig. 2d : une maison après le passage de la tornade

Fig. 2d : une maison après le passage de la tornade

cliquez sur l'image pour une version plus grande

La maison représentée sur la photo ci-dessus (fig.2d), avec la charpente de son toit en porte-à-faux, est probablement celle se trouvant sur la parcelle 277 du plan Popp (voir commentaires des fig. 1b et fig. 2b)

Les maisons sises à l'arrière-plan, intactes, sont probablement des habitations de la rue de Froidmont (parcelles 245 - 246 ou 228 -231 ).

A droite de celles-ci devrait se trouver une maison située sur la parcelle 227 (5), acquise en 1888 lors d'une vente publique par mes arrières-grands-parents paternels, Grégoire Herent et Marie-Thérèse Aubry. Elle est malheureusement cachée par la maison endommagée au premier plan.

En tout cas, mes arrières-grands-parents habitaient déjà la rue de Froidmont en 1895, et ont par conséquent dû assister au passage de la tornade.

Sur le sujet des tornades, voir : IRM > Le climat > Articles > Les tornades en Belgique (le lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre)

(3) : Cf. R. Ghyssens et al, "Dans l'oeil du cyclone", Rixensart-Info N° 153, septembre 1995

(4) Cette photo a donc été prise tout près de la maison de mes arrières-grands-parents paternels (parcelle 227, à droite de l'ellipse). J'y reviendrai en parlant de la photo 2d.

(5) : pour être précis : les parcelles 227b et c, se trouvant en bas du plan de la figure 2c, à droite de l'ellipse blanche.

 

 

 

 

 

La rue du Cyclone au 20ème siècle

Fig. 3a

ancienne carte postale

cliquez sur l'image pour une version plus grande

Sur cette ancienne carte postale (Fig. 3a) (date inconnue, avant la seconde guerre mondiale), la rue du Cyclone n'est encore qu'un chemin sinueux, bordé par quatre maisons d'un côté, et par le talus de la voie ferrée de l'autre.

En bas de la pente, il se subdivise en deux : à gauche, vers la ferme de Froidmont, en passant sous la voie ferrée. A droite, le chemin vers le château (l'actuelle rue de Froidmont), qui semble plus étroit que l'autre branche.

Fig. 3b

Fig. 3b : panorama du quartier de la gare

cliquez sur l'image pour une version plus grande

Cette carte postale (Fig. 3b) est plus récente, et date probablement des années 50. La rue du Cyclone n'est plus un chemin, et forme avec la rue de Froidmont un carrefour en T (non visible sur la photo). Un sentier sert de raccourci pour rejoindre le tunnel sous la voie ferrée.

Six maisons bordent maintenant la rue au lieu de quatre. Les deux ajouts sont : la deuxième maison en partant du haut, et la dernière dans le creux.

A l'arrière-plan, remarquez également les constructions qui ont été implantées le long de la rue des Combattants (renommée Avenue de la Paix en 1995).

Fig. 3c

Fig. 3c : procession rue du Cyclone

cliquez sur l'image pour une version plus grande

Voici une photo (Fig. 3c) d'une procession descendant la rue du Cyclone durant les années 60, probablement en 1964.
On voit des jeunes filles en uniforme portant des bannières. Elles se dirigent vers le tunnel passant sous la voie ferrée, et donc vers la chapelle Notre-Dame du Bon Secours et la chapelle Sainte Anne.

Ces processions étaient fréquentes avant et juste après la seconde guerre mondiale. Je possède d'ailleurs de nombreuses photos de ma mère participant à de telles processions. Ces manifestations ont disparu dans les années 60, en même temps que disparaissait la société rurale, que la voiture accroissait son emprise sur nos routes et que la religion catholique perdait son influence.

A gauche, entre le talus du chemin de fer et la rue, se trouvait un terrain vague qui servait d'endroit de versage pour les habitants du quartier. Il a été transformé en parking à la fin des années 60 ou au début des années 70.

Remarquez aussi l'absence d'arbres ou d'arbustes sur le talus. Je me souviens en effet que chaque année, et cela jusque dans les années 60, certains habitants du quartier mettaient le feu au talus pour l' "assainir". A l'époque, il arrivait parfois de retrouver un rat à l'intérieur des habitations.

Fig. 3d

Fig. 3d : rue du Cyclone aujourd'hui

cliquez sur l'image pour une version plus grande

Cette photo montre la rue du Cyclone dans son état actuel. Les maisons n'ont pas beaucoup changé. La végétation est plus abondante qu'auparavant, et le terrain vague a cédé la place à un parking.