Vous êtes ici : stephaneherens > noms > hayen > hayen michel isidore

Hayen Michel Isidore (1894 - 1964)

Mon grand-père maternel

 

Fig. 1 : Michel Isidore Hayen

Cliquez sur l'image pour agrandir

Sa naissance

Mon grand-père maternel naquit à Bruxelles en mars 1894, de parents flamands : Guillaume Hayen était originaire de Diest, et Pétronille Herremans venait de Pepingen, dans le Pajottenland.


Tous deux avaient rejoint la grande ville, sans doute dans l'espoir de trouver un emploi. Guillaume était cordonnier, Pétronille servante.

 

Mon grand-père était le benjamin des enfants : l'aîné s'appelait Jean, et était né en 1885. Sa soeur Stéphanie était née en 1891.

 

Les deux frères naquirent au n° 5 de la rue du Béguinage, près de l'hospice Pacheco.

Fig. 2 : Acte de naissance de Michel Hayen

Cliquez sur l'image pour agrandir

 

La déclaration de naissance fut faite dans les deux cas par François Brackx, "directeur de l'hospice de la maternité", comme on peut le voir sur la fig. 2 ci-contre.

 

 

 

Son mariage

Fig. 4 : Michel Hayen et son épouse

Cliquez sur l'image pour agrandir

Michel Hayen épousa Eva Devrisse à Bruxelles le 21 mars 1914, quelques mois seulement avant le déclenchement de la première guerre mondiale.

La photo ci-contre (fig. 4) les représente vraisemblablement à cette époque.

Je ne sais comment Michel Hayen avait rencontré sa future épouse. Il habitait Bruxelles, elle travaillait dans le Hainaut.

 

Fig. 5 et 6 : carte envoyée par Michel Hayen

Cliquez sur les images pour les agrandir


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je sais par contre qu'ils se connaissaient déjà depuis 3 ans au moins.
En effet, dès septembre 1911, Michel envoya régulièrement des cartes à Eva.


Des cartes sans texte; il signait simplement "Michel".
Mais l'illustration sur le recto de la carte suffisait amplement (fig. 5 et 6).

 

 

 

 

 

 

Ses métiers

Michel aurait voulu entrer à la Poste comme facteur, mais ne fut pas pris parce qu'il souffrait de varices.

En 1926, selon l'acte de naissance de sa fille, il était employé chez un agent de change.

Il trouva ensuite un boulot chez Vanderspek, un grand magasin de confection de la rue Philippe de Champagne, près de la Place Rouppe. Il y coupait les tissus.

 

Les pérégrinations du couple

Michel Hayen et Eva Devriese furent de vrais pigeons voyageurs. Leur livret de mariage mentionne en effet 8 adresses (fig. 8), mails il y en eut bien plus. Selon ce que ma mère m'a raconté, ils déménageaient au gré des places qu'occupait ma grand-mère, qui était en effet domestique. Tentons donc de les suivre dans leurs pérégrinations.


Livret de mariage de Michel Hayen et d'Eva Devriese (fig. 8)

Immédiatement après leur mariage en mars 1914, ils emménagèrent dans un bel immeuble de logements sociaux, situé dans les Marolles, au n° 27 de la rue des Fleuristes, pas loin de la place du Jeu de Balle.
Ils y restèrent un peu moins d'un an avant de déménager en février 1915, au n° 162 de la rue Blaes, dans le même quartier.
Neuf mois plus tard, en décembre 1915, ils revinrent s'installer au 27 de la rue des Fleuristes.

Neuf mois s'écoulèrent et rebelote : notre couple déménagea à nouveau, en septembre 1916, et quitta cette fois les Marolles pour la rue de l'Enseignement, au n° 18 précisément.

Y restèrent-ils plus longtemps? Nous ne le savons pas avec certitude. Mais en 1926 naquit leur unique enfant. Et les cartes reçues à l'occasion de cet heureux événement mentionne une nouvelle adresse : le n° 13 de la rue Ranson, à Haren (petit village qui venait d'être annexé par la ville de Bruxelles, en 1921).

En 1928, changement de décor et de région. Les trois quittent Bruxelles pour s'installer dans le Pajottenland, à Zuun, un hameau de Sint-Pieters-Leeuw, au sud-ouest de Bruxelles.

Ils y resteront pendant une dizaine d'années, logeant successivement à quatre adresses différentes. Cette période fut cependant entrecoupée par un court séjour à Bruges en septembre 1932, dans une maison appelée Het Fraai Huis, près du Minnewater. Peut-être s'agissait-il d'une convalescence.

En décembre 1937 a lieu un tournant important dans leur vie : ils s'installent à Rixensart, et ils y resteront jusqu'à leur mort.